Rapide & éphémère

Robert Malaval (1937 – 1980) est surement le seul peintre Rock français.

Du papier mâché de la série « Aliments blancs », et sa métaphore d’un mal proliférant et inévitable du début des années 60, jusqu’à la série pleine de paillettes « Poussière d’étoiles » où le fond noir symbolise la vacuité et la brièveté de la vie, en passant par les pochoirs des seventies qui annoncent déjà l’arrivée du Graffiti (pas du Street Art, SVP !), Robert Malaval a traversé son époque avec la fulgurance d’un flash d’héroïne, la vitesse d’un riff de Dick Dale ou de Chris Spedding. 

« La vie comme une farce » était presque sa devise .

« Vouloir tout saisir, c’est un vertige terrible ! »
Robert MALAVAL – Kamikaze Rock – Peinture acrylique & paillettes (1977)

En 1980, il a déjà peint « Kamikaze Rock » et « Kamikaze Fin du monde » dans l’urgence, après son happening de Créteil,
« Attention à la peinture – une exposition pirate », il se tire une balle dans la tête.

 » Vouloir tout saisir, c’est un vertige terrible / faut aimer ça / de la vie à la mort faire le voyage / encore une fois encore une nuit encore un instant /j’aime à penser à des milliards, d’années / à l’infini et au néant toutes ces choses vertigineuses comme les valses de Strauss (et 1e champagne) // Parfois je sens notre vieux monde couler comme un vénérable camembert tout semble vain / je crois que je suis mort, alors pourquoi de temps à autre un visage, un tableau ou une chanson remet tout en marche et je ne vis que pour ça // Quand je peins, c’est que j’ en ai envie / et ça recommence / je fais ce qui me plaît / je me fous de ce que les autres et moi ont fait / j’aime les paillettes jetées à la volée, les étoiles, les étincelles dorées / j’aime le charme, le mouvement et l’atmosphère // Ce que je suis, qui peut me le dire ? / les mots n’ont pas de sens mais parfois les images / j’aime la tempête et les orages / à dire vrai je me sens de moins en moins humain / j’aime la viande rouge, les steaks saignants / qu’est-ce que ça veut dire ? Où suis-je / bleu jaune vert rouge NOIR // Qu’on le sache bien / rien n’est plus précieux que le petit cœur qui bat tandis qu’elle dort sur le sofa de l’atelier / Je donnerais toutes les œuvres d’art de 1’univers pour ça pour cette chose sublime / fragile qu’un rien éteint, qu’un rien enflamme / juste un peu de vie/ Tout est pareil jusqu’à ce qu’on décide que c’est autrement // Maintenant ça va changer // Allez encore une fois / encore / encore/ » tout compte pour zéro / pour toujours / à L’INFINI / ET J’AIME CA « Robert Malaval (Ce message a été retrouvé à coté de son corps le 9 août 1980)