Fukushima blues

Travailler dans les centrales nucléaires est une expérience unique. Dans les centres de production nucléaire la vie d’un homme n’a pas beaucoup de valeur si on la compare au prix de l’énergie. Le monstre de béton et de ferraille réduit, ici, le travailleur à une fonction de  » chair à neutrons « . Il ne lui est plus demandé de bien faire son boulot mais de le faire vite. La production est prioritaire. Ne pas le comprendre peut amener à faire n’importe quoi, le comprendre amène au burn-out mais quand il s’agit de faire fonctionner la machine, cela n’a aucune importance.


Dans cette vidéo, j’évoque à nouveau le stress qui a été le mien pendant les 3 ans consécutifs et où j’ai été chef de chantier pour la société Merlin-Gerin (devenue Schneider-Electric puis Rolls-Royce Civil Nuclear). Trois années à un rythme effréné, loin de chez moi et dans un milieu très anxiogène. Même si c’est illégal, je n’ai pas eu un jour de repos pendant cette période. Parcourant la France dans tous les sens avec ma petite voiture, j’intervenais rapidement et le plus efficacement possible avec ou sans mes gars. 

Je garde un souvenir ému de cette période qui pourtant s’est mal terminée