À propos

«  We are the poison in the machine. We are the romance behind the screen »

 zenpunkphase3-rouge-copie

phase3 est le pseudonyme que j’ai choisi  au début des années 1980 pour, entre autre, graffiter dans les rues de Grenoble.

Au fil des années, et malgré bien des déboires (plusieurs séjours en hôpital psychiatrique et un travail pas terrible dans le nucléaire civil), phase3 est devenu pour moi une sorte de double transcendé, à la fois psychique et intime. Si, à l’époque, il m’a aidé à tenir le coup, il est resté, à minima, ma signature quand je peins. Par son presque anonymat, j’aime la liberté qu’il me procure encore face au système.

A cause de la maladie, ma biographie comporte un grand vide  puisse que je n’avais pas exposé depuis janvier 1992. Il m’a fallu toutes ces années et une énorme remise en question pour me libérer de mon boulot dans le nucléaire.

  • Mai 1983 – Exposition collective « Berriat 83 » Grenoble
  • Juin 1983 «Expo Terre » – Centre social Chorrier-Berriat –  Grenoble
  • Juillet 1983 « phase3 X-pose » – Saint-Jean-de-Maurienne
  • Octobre 1983 – « Le BOUC NOIR squatte les Zarbo »Ecole supérieure des Beaux-arts de Grenoble
  • Novembre 1984 Performance « DEUS IRAE » Ecole des Beaux-arts de Grenoble
  • Février 1985 – LA FEMME SOUS CELLOPHANE installation (tronquée) à la Bibliothèque municipale –  Grenoble
  • Janvier 1992 « phase3, dix ans de figuration »Hôtel de Ville – Tullins-Fures

 

  • Février 2016 – « i-Roader in Grenoble » – Forum de la Casemate  –  Grenoble
  • Fin 2016 « psychiatrists tried to kill phase3 » – L’Atypik –  Grenoble

Mes réflexions (un peu comme dans un carnet de notes) se trouvent sur ThePhase3. Elles sont directement liées au ZENPUNK .

Early 80’s, phase3 was the war alias i used for my urban fights, as graffitis or other subversive activities. Later, even if « psychiatrists  tried  to kill  phase3 »,  over the years, cames the blog « thephase3.fr» and, in 2016, the paint again.